BRVM : Palmarès mensuel de novembre des sociétés cotées : une nouvelle ...

Par KONATE HAMED N'GOUASSE, le 17 Décembre 2018



BRVM : PALMARÈS MENSUEL DE NOVEMBRE DES SOCIÉTÉS COTÉES : UNE NOUVELLE DÉSILLUSION

BRVM : Palmarès mensuel de novembre des sociétés cotées : une nouvelle désillusion

Préparé par : Aboudou OUATTARA ; Hamed KONATÉ

Au vu des statistiques, l’année de cotation 2018 se présente comme un bis repetita de celle de 2017. En effet, à l’image de l’année 2017, le compartiment action de la BRVM enregistre une importante évolution à la baisse. Les fondamentaux des actions étant l’un des facteurs explicatifs du cours boursier d’une entreprise, des espérances de reprise avaient été formulées par les investisseurs pour le dernier trimestre de l’année ; période où plus de la moitié des entreprises cotées annoncent leurs résultats partiels. Comme attendu, le mois de novembre a enregistré la publication de 18 résultats du premier semestre et du troisième trimestre contre 27 observées le mois précédent. Cependant, ces publications qui se sont présentées pour la plupart en deçà des attentes, n’ont pas eu l’effet escompté par le marché. Car l’indice phare de la BRVM a clôturé le mois de novembre dans le même sens que celui d’octobre. En effet, l’indice BRVM composite boucle ce mois avec un repli de -6,20 % contre une perte de -8,25 % observée en octobre portant ainsi la baisse annuelle du marché à -31,50 %. Dans le même sens, ce mois s’est avéré moins volatile que le mois précédent avec un recul de cet indicateur de de -0,07 % pour s’établir à 12,53 %. Le tableau ci-dessous présente le détail de l’évolution du marché qui vient une fois de plus contrarier les espoirs des acteurs du marché.  La contre-performance du marché a été induite par l’ensemble des secteurs.

Secteur Transport

L’indice du Secteur Transport clôture ce mois de cotation avec un recul de -19,55 %. Comme à l’accoutumée, la performance du secteur Transport reste assujettie à celle du titre Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire. Le cours de ce dernier cède -19,67 % de sa valeur au terme de ce mois de cotation avec une volatilité en recul de -0,04 %. Une contre-performance imputable à son résultat semestriel en repli de -23,22 % annoncé au début de ce mois.

Secteur Autres

Constitué par l’unique titre SETAO Côte d’Ivoire, le secteur Autres enregistre un repli de -17,02 % au terme de ce mois de cotation. Une évolution qui fait suite à l’annonce de son résultat semestriel en baisse de -83 %.

Secteur Distribution

Le secteur Distribution, dont la variation a fortement été impactée par le titre CFAO Motors Côte d’Ivoire, clôture le mois avec une baisse de -14,58 %. CFAO Motors Côte d’Ivoire continue sa correction à la baisse avec une note négative de -29,37 %. Sa volatilité connaît, quant à elle, une évolution à la hausse de +0,37 %. Elle est suivie dans cette tendance par Bernabe Côte d’Ivoire dont le cours réalise une moins-value de -9,48 %. À noter qu’elles ont toutes deux diffusé leurs résultats semestriels présentant des variations respectives de -2,32 % et de -4,30 % au cours de ce mois. Malgré l’annonce de son résultat semestriel en hausse de +5,89 % annoncé à la fin du mois d’octobre, Servair Abidjan Côte d’Ivoire continue sa tendance baissière. En effet, son cours clôture ce mois avec une perte de -10,47 % et une volatilité en baisse de -0,4 %. Vivo Energy Côte d’Ivoire clôture, quant à elle, dans le vert avec un gain de +1,13 %. Une évolution imputable à son résultat semestriel en hausse de +27,48 %.

Secteur Finances

Ce mois de cotation du secteur Finances a été marqué par l’évolution de deux titres à savoir Safca Côte d’Ivoire et BICI Côte d’Ivoire. En effet, ces titres restent les deux seuls titres de ce secteur à clôturer ce mois sur une note positive. Ainsi, Safca Côte d’Ivoire dont le cours a passé presque toute l’année en baisse enregistre une hausse de +14 % à l’issue de ce mois de cotation. Une performance que l’on doit à son résultat semestriel bénéficiaire et en hausse de +153 %. Elle est suivie dans cette tendance par BICI Côte d’Ivoire dont le cours retrouve des couleurs. À l’issue de ce mois de cotation, son cours grappille une note positive de +79,19 %, réalisant la plus forte hausse de ce mois. À noter qu’aucune information publique n’a été portée à la connaissance des investisseurs jusqu’à ce jour expliquant cette évolution. Cependant, la performance de ces deux titres n’a pu empêcher l’indice du secteur Finances de terminer ce mois dans le rouge avec une perte de -6,53 %. Une contre-performance que l’on pourrait mettre à l’actif des filiales du groupe BMCE et de la SGBCI. Contrairement au mois dernier, l’ensemble des filiales du groupe BMCE ont terminé ce mois dans le rouge à l’image de BOA Niger (-27,50 %). Une contre-performance qui contraste pour certains avec leur résultat partiel annoncé. La SGBCI Côte d’Ivoire continue, quant à elle, sa correction à la baisse. Ainsi, son cours enregistre une nouvelle note négative de -21,26 % et une volatilité en recul de -0,34 %. Ecobank Côte d’Ivoire et Ecobank Transnational Incorporated, présentent toutes deux des bêtas supérieurs à 1, signe d’une forte exposition à l’évolution du marché. Ainsi, les baisses respectives de leurs cours de -5,26 % et de -9,09 % s’expliquent par leur bêta. L’annonce du résultat du troisième trimestre en recul de -39 % de NSIA banque Côte d’Ivoire, n’améliore en rien son évolution depuis son introduction à la bourse. En effet, son cours continue sa tendance baissière avec une perte de -12,14 % pour s’établir sous la barre des 7000 F CFA.

Secteur Industrie

Avec un bêta défensif de 0,11 et une volatilité en hausse de +1,04 %, pas sûrs que les investisseurs espéraient avoir autant de plus-value en un mois sur le titre NEI-CEDA Côte d’Ivoire. Son cours réalise la prouesse de ce mois avec un gain de +107,69 %, une performance soutenue par son résultat du troisième trimestre excédentaire et en hausse de +82 %. Avec un résultat du troisième trimestre en hausse de +17,73 %, le cours du titre SMB Côte d’Ivoire a enregistré une note positive de +5,49 %. Avec seulement deux titres dans le vert, le secteur Industrie n’a pu faire mieux que le mois précédent avec une perte de -5,59 %. Avec une variation négative de -22,16 %, Filtisac Côte d’Ivoire se présente comme l’un des acteurs principaux de la contre-performance de son secteur. À noter que ce dernier a publié au cours de ce mois un résultat déficitaire et en repli de -106 %. Elle est suivie dans cette même tendance par Nestlé Côte d’Ivoire, dont le cours recule de -10,66 %. Unilever Côte d’Ivoire qui a publié ce mois un projet de restructuration de son capital pour consolider ses capitaux propres déficitaires de -21 milliards de F CFA, clôture ce mois sur un statut-quo. Après avoir annoncé son résultat semestriel en repli de -6,90 %, Sicable Côte d’Ivoire clôture, elle aussi, ce mois avec une légère perte de -0,50 %.

Secteur Agriculture

Longuement passé aux oubliettes, Sicor Côte d’Ivoire réalise la surprise dans le secteur Agriculture. En effet, son cours réalise la seule evolution positive de son secteur avec une hausse de +1,84 %. Une performance qui n’a pas pu contrarier la tendances baissière de son secteur. En effet, l’indice du secteur Agriculture clôture ce mois avec une perte de -3,52 %.

Un résultat du troisième trimestre en repli de -85,67 %, combiné à une grève du personnel pouvant impacter ces performances du quatrième trimestre, semble ne pas affecter le cours du titre SOGB Côte d’Ivoire qui finit le mois sans variation. PALM Côte d’Ivoire clôture, quant à elle, ce mois avec une perte de -14,47 % et une volatilité de 47,09 %. Avec un betâ de 1,2950, Sucrivoire Côte d’Ivoire termine ce mois dans le même sens que le marché. Son cours clôture ce mois avec une perte de -9,55 %.

Secteur Services Publics

Malgré trois titres dans le vert, le secteur Services Publics termine ce mois dans le rouge avec une variation de -3 %. Une contre-performance imputable au seul titre Sonatel SN. Son cours, continue toujours sa correction à la baisse avec une nouvelle perte de -5,26 %. A l’opposé, les deux sociétés ivoiriennes de distribution ont réalisé les meilleures performances de leur secteur. En effet, CIE Côte d’Ivoire termine ce mois avec une hausse de +18,85 %, alors que la SODE Côte d’Ivoire réalise, quant à elle, une plus-value de +25 %. Si l’évolution de la première s’explique largement par l’évolution de son résultat trimestriel en hausse de +203 %, l’évolution de la seconde pose des questions avec un résultat semestriel en repli de -43,98 %. Onatel Burkina dont le résultat du troisième trimestre est toujours attendu clôture, elle aussi, ce mois avec une hausse de +2,70 %.

 

Au terme de ce mois, le marché boursier qui a terminé ces deux derniers jours de cotation dans le vert, semble montrer quelques signes positifs pour les investisseurs qui semblaient avoir abandonné tout espoir de reprise du marché. Le marché a également été marqué par la publication d’excellents résultats de quelques entreprises à l’image de NEI-CEDA Côte d’Ivoire ou encore CIE Côte d’Ivoire. Cette situation combinée à l’aspect psychologique du mois de décembre (durant ces dernières années, ce mois a toujours terminé dans le vert) pourrait permettre aux investisseurs de réaliser un tant soit peu leur objectif de rendement.

 

Source : Bulletin officiel de la Cote, http://www.brvm.org/ ; calculs des auteurs

La volatilité et le bêta ont été calculés sur la période allant du 01 Décembre 2012 au 30 Novembre 2018

Le rendement a été calculé sur la période allant du 01 au 30 Novembre 2018

KONATE HAMED N'GOUASSE
Hamed N'Gouasse KONATE, en instance d'obtention du diplôme de Master professionnel en comptabilité et gestion Financière (MPCGF), du Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion (CESAG), est un passionné de la Finance , de la Comptabilité, des TICs et de la Stratégie d'entreprise. L'excellence de son parcours académique, ses qualités et aptitudes dont le leadership, l'esprit d'équipe, la motivation, la passion du travail bien fait, l'engagement, la forte capacité d'analyse et de synthèse, le sens de l'organisation, l'ouverture au changement, la rigueur et sa sociabilité feront de lui un excellent collaborateur au sein d'une équipe.


ARTICLES CONNEXES



SOYEZ LE PREMIER À REAGIR À CET ARTICLE


Pour poster un commentaire, merci de vous identifier

Newsletter

Recevez gratuitement par email nos informations sur la bourse.