BRVM : Palmarès mensuel de février des sociétés cotées : un marché de...



BRVM : PALMARÈS MENSUEL DE FÉVRIER DES SOCIÉTÉS COTÉES : UN MARCHÉ DE PLUS EN PLUS PRÉVISIBLE

BRVM : Palmarès mensuel de février des sociétés cotées : un marché de plus en plus prévisible

Préparé par : Aboudou OUATTARA ; Hamed KONATÉ

L’année de cotation 2018 n’a pas été de tout repos pour les investisseurs de la BRVM avec 8 mois dans le rouge. Lors des 6 derniers mois de cotation 2018, le marché a clôturé un (1) seul mois dans le vert ; le mois de décembre 2018. Ainsi comme en 2017, le mois de décembre 2018 avait donné des espoirs de reprise au marché qui, après plus de 8 mois de baisse, commençait à susciter des craintes. Toutefois, avec une variation de -3,28 % enregistrée au mois de janvier 2019, l’idée d’une reprise a été très vite étouffée plongeant les intervenants dans une réflexion tendant à identifier les causes de cette évolution du marché. De plus, le marché semble repartir sur les mêmes bases que celles observées en 2017 et en 2018. Ainsi, comme observé en 2018, le mois de février clôture dans le vert avec une hausse de +7,54 %, et une volatilité qui s’établit à 12,70 %. Le tableau ci-dessous fournit plus de détails sur l’évolution du marché en ce deuxième mois de cotation de l’année 2019.

Contrairement au mois précédent, trois indices de la BRVM ont pu tirer leurs épingles du jeu en terminant dans le vert. Leurs performances seraient ainsi la source de l’évolution du marché en ce deuxième mois de cotation 2019.

Secteur Services Publics

Avec une hausse de +17,76 % et une volatilité en hausse de +0,6 % le secteur Services Publics se présente comme le principal acteur de l’évolution du marché. Comme attendu, Sonatel Sénégal (+21,56 %) dont le cours boursier a été le théâtre de nombreuses spéculations a procédé à la publication de son résultat net 2018. Un résultat qui est presque similaire à celui observé l’année dernière. Son chiffre d’affaires, quant à lui, enregistre une hausse de 5% contre 7% l’année dernière. Vu son historique, ces chiffres sont loin des espérances des investisseurs. Les semaines à venir nous diront davantage sur l’interprétation de ces résultats par les investisseurs. CIE Côte d’Ivoire clôture ce mois avec une correction à la hausse. Son cours enregistre un gain de +7,92%. Onatel Burkina qui nous avait habitué à la publication de son résultat net en févier semble avoir revu son calendrier en le repoussant au mois d’ avril comme observé l’année dernière. Son cours enregistre une légère baisse de -0,36 % et une volatilité en hausse de +0,43 %.

Secteur Distribution

Après avoir perdu plus de 28% de sa valeur en janvier, CFAO Motors Côte d’Ivoire continue sa progression à la hausse avec une nouvelle note positive de +18,68%. Sa volatilité a, quant à elle, connu une hausse de +1,66%. Elle est suivie dans cette tendance par Servair Abidjan Côte d’Ivoire dont le cours grappille une plus-value de +1,69%. Vivo Energy Côte d’Ivoire dont le cours avait passé les deux derniers mois dans le rouge semble retrouver des couleurs. Son cours termine ce mois avec une hausse de +5,29%. Leurs performances ont ainsi permi au secteur Distribution de voir son indice clôturer dans le vert avec une progression de +5,48%. Pendant ce temps, Bernabe Côte d’Ivoire et Total Sénégal continuent toujours leurs tendances baissières. Leurs cours clôturent ce mois avec des pertes respectives de -9,98% et de -0,36%.

Secteur Finances

Au terme de ce mois de cotation, Le Secteur finance voit vert alors que plus de la moitié de ses titres sont dans le rouge. Son indice termine ainsi ce mois avec une légère hausse de +0,56%. Dans ce secteur haussier, BOA Burkina et BOA Bénin réalisent les plus fortes hausses de leur secteur. Leurs cours réalisent des hausses respectives de +17,78% et de 17,65%. Il faut noter, que BOA Bénin a procédé à la distribution de nouvelles actions lors de sa fusion avec la banque de l’habitat du bénin admise à la cote pour la première fois. Ecobank Transnational Incorporated Togo, quant à elle, continue sur sa lancée du mois dernier avec une progression de +5,26% de son cours. Son bêta reste lui toujours supérieur à 1 signe de sa forte corrélation avec l’indice du marché. SIB Côte d’Ivoire et Coris Bank International Burkina semblent avoir stoppé leurs tendances baissières, leurs cours clôturent ce mois avec des hausses respectives de +6,38% et de +2,53%. La surprise de ce secteur est toutefois à mettre à l’actif du titre Safca Côte d’Ivoire dont le cours enregistre un gain de +7,50%, une première depuis novembre 2018. Après avoir gagné plus de +80% en deux mois, BICI Côte d’Ivoire semble entamer un fléchissement de son cours. Elle clôture ainsi son deuxième mois de cotation à la baisse avec un repli de -15,32%. À l’image du mois précédent, la plupart des filiales du groupe BMCE ont clôturé cette semaine dans le rouge. À cet effet, BOA Côte d’Ivoire enregistre une perte de -11,95%. La SBGCI Côte d’Ivoire clôture, elle aussi, à contre-courant de son secteur avec un repli de -2,50%. NSIA Banque Côte d’Ivoire, de son côté, poursuit toujours sa tendance baissière. Son cours enregistre une nouvelle note négative avec une variation de -7,19%.

Secteur Agriculture

Après avoir passé deux mois consécutifs dans le vert, Sucrivoire Côte d’Ivoire repasse dans le rouge. Son cours enregistre un repli de -14,14%. PALM Côte d’Ivoire , de son coté, poursuit sa tendance baissière avec un troisième mois de cotation dans le rouge. Son cours clôture ce mois avec une perte de -8,57% et une volatilité en baisse de -0,69%. Le titre SAPH Côte d’Ivoire semble entrer dans une phase de correction à la baisse avec un repli de -5,56%. La contre-performance combinée de ces trois titres a ainsi induit celle du secteur Agriculture. Son indice régresse de -2,48% au terme de ce mois de cotation. Malgré des difficultés financières et des troubles sociaux observés l’année dernière, SOGB Côte d’Ivoire continue de performer avec une nouvelle notre positive de +13,03%. Avec seulement 5 titres échangés, Sicor Côte d’Ivoire clôture elle aussi le mois dans le vert avec une variation de +0,14%.

Secteur Transport

L’indice du Secteur Transport, quant à lui, régresse de -5,18%, une contre-performance que l’on doit principalement à celle du Titre Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire qui, à l’image du mois passé, termine avec une perte de -5,28%. Pendant ce temps, le titre Movis Côte d’Ivoire n’a fait l’objet que de l’échange d’un seul titre. Le manque d’échange sur son titre l’expose très peu aux variations du marché ce qui explique son Bêta de -0,0289.

Secteur Industrie

À quelques semaines de la date de la publication de son résultat net, le cours du titre Sicable Côte d’Ivoire enregistre une plus-value de +50%. Une évolution qui pourrait être imputée à une anticipation de son résultat 2018. Elle réalise ainsi la meilleure performance du marché. Uniwax Côte d’Ivoire poursuit, quant à elle, sa variation à la hausse avec un gain de +8,37%. Sa volatilité a, quant à elle, connu une progression de +0,62%. La performance de ces deux titres n’a pu empêcher le secteur industrie de clôturer cette semaine dans le rouge. Son indice clôture avec un repli de -9,91%. Une contre-performance portée par Filtisac Côte d’Ivoire. Son cours régresse de -22,78%. Il faut en déduire que l’arrêt des activités de l’atelier de fabrication de cordage et de ficelles situées à Bouaké semble ne pas convenir aux investisseurs. À l’image de ce dernier, Air Liquide Côte d’Ivoire et Solibra Côte d’Ivoire sont eux aussi en proie à des difficultés financières avec notamment des résultats semestriels en repli de plus de -50%. Une situation qui fait reculer leurs cours respectivement de -21,78% et de -20,18%. Elles sont suivies dans cette tendance par Sitab Côte d’Ivoire avec un repli de -17,21%. L’évolution des cours des titres Unilever Côte d’Ivoire (-9,91%) et Nestlé Côte d’Ivoire (-7,39%) commence à inquiéter les investisseurs. Elles continuent toujours leurs tendances baissières établissant leurs cours respectivement à 5 135 F CFA et à 815 F CFA.

 

Au terme du deuxième mois de cotation 2019, le marché boursier présente aux investisseurs un air de déjà-vu. En effet, comme en 2017 et 2018, l’année boursière clôture son deuxième mois dans le vert après avoir connu un mois de janvier baissier. À cet effet, en attendant les résultats nets et les dividendes qui pourraient résulter de ces performances financières, la question que tout le monde se pose est : sommes-nous partis pour un bisrepetita de l’année 2018 ? Ainsi si nous suivons cette logique, le marché devrait connaître un mois de mars baissier.

 

 Source : Bulletin officiel de la Cote, http://www.brvm.org/ ; calculs des auteurs

La volatilité et le bêta ont été calculés sur la période allant du 01 mars 2013 au 28 février 2019

Le rendement a été calculé sur la période allant du 01 au 28 février 2019

KONATE HAMED N'GOUASSE
Hamed N'Gouasse KONATE, en instance d'obtention du diplôme de Master professionnel en comptabilité et gestion Financière (MPCGF), du Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion (CESAG), est un passionné de la Finance , de la Comptabilité, des TICs et de la Stratégie d'entreprise. L'excellence de son parcours académique, ses qualités et aptitudes dont le leadership, l'esprit d'équipe, la motivation, la passion du travail bien fait, l'engagement, la forte capacité d'analyse et de synthèse, le sens de l'organisation, l'ouverture au changement, la rigueur et sa sociabilité feront de lui un excellent collaborateur au sein d'une équipe.


ARTICLES CONNEXES



SOYEZ LE PREMIER À REAGIR À CET ARTICLE


Pour poster un commentaire, merci de vous identifier

Newsletter

Recevez gratuitement par email nos informations sur la bourse.