Pour son 1er dividende depuis 2016, la Société ivoirienne des tabacs cass...

Par TEAM Richbourse, le 29 Avril 2021



POUR SON 1ER DIVIDENDE DEPUIS 2016, LA SOCIÉTÉ IVOIRIENNE DES TABACS CASSE SA TIRELIRE AU PROFIT DE SES ACTIONNAIRES

Pour son 1er dividende depuis 2016, la Société ivoirienne des tabacs casse sa tirelire au profit de ses actionnaires

(Agence Ecofin) - En Côte d’Ivoire, la SITAB veut redonner de la joie à ses actionnaires, après quatre années sans distribution de dividendes. On risque d’assister ici aussi à un frémissement des investisseurs qui sont en quête de rendements élevés sur la BRVM.

La Société ivoirienne des tabacs (SITAB) est en passe de réaliser son meilleur trimestre depuis 2011 sur la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d'Abidjan. Après une progression de 32% sur les trois premiers mois de 2021 qui était déjà un record, la valeur de son action est déjà en progression de 39% depuis le début du mois d'avril et devrait continuer de progresser.

Pour son premier dividende depuis 2016, ses dirigeants proposent de distribuer la somme de 8,6 milliards FCFA à ses actionnaires. Cette somme représente la quasi-totalité des avoirs distribuables par l'entreprise. Ainsi pour chaque action, il est prévu un dividende de 432 FCFA. Cela représente un rendement de dividende de 44,3%, au regard de la valeur de son action le mercredi 28 avril 2021 (975 FCFA).

L'initiative n'a pas manqué d'avoir un impact sur la communauté d'investisseurs. Ce jeudi 29 avril, l'action SITA était en progression de 7,5% sur la BRVM (à 13 heures UTC). Mais il faut noter que seulement deux titres étaient déjà échangés, preuve que très peu d'investisseurs sont prêts à abandonner l'opportunité de gains qui se dessine. Pourtant, il n'est pas certain que la SITAB renouvelle cette performance au terme de cette année.

Les finances de 2020 de la société ont été soutenues par une sensible hausse des ventes, mais aussi du par des revenus financiers de l'ordre de 4 milliards FCFA que sa communication financière publiée sur la BRVM ne justifie pas. Sa trésorerie a en outre reculé d'un peu plus de 2 milliards FCFA, au cours de l'année 2020, en raison d'une forte variation des besoins de financement liés aux activités opérationnelles.

Idriss Linge


Source : Agence Ecofin

TEAM Richbourse
Le manque d'éducation financière ou la méconnaissance des véritables véhicules d'enrichissement sont souvent à la base de la plupart des difficultés financières rencontrées. Spécialisé dans le conseil et l'interprétation objective de la santé financière des sociétés cotées de la BRVM (Bourse Régionale des Valeurs Mobilières), notre objectif est de vous faire découvrir les bases de l'indépendance financière par la bourse.


ARTICLES CONNEXES



SOYEZ LE PREMIER À REAGIR À CET ARTICLE


Pour poster un commentaire, merci de vous identifier

Newsletter

Recevez gratuitement par email nos informations sur la bourse.