La BRVM, un outil d’accroissement des revenus de la classe moyenne?

Par KINDA Romuald, le 12 Juin 2023



LA BRVM, UN OUTIL D’ACCROISSEMENT DES REVENUS DE LA CLASSE MOYENNE?

La BRVM, un outil d’accroissement des revenus de la classe moyenne?

Vous êtes-vous demandé pourquoi « les revenus de la classe moyenne stagnent alors que les riches s’enrichissent ?».  Si vous ne vous l’êtes pas demandé, l’avez-vous au moins lu ou entendu ? Pour comprendre cette citation, il est important d’analyser le processus de création de richesse.

------

En début 2018, deux frères jumeaux, Pierre et Paul, fonctionnaires au Burkina Faso, ont reçu leurs frais d’installation d’un montant de 1.000.000. Francs CFA.

Pierre, sur les conseils avisés de ses parents, a ouvert un compte d’épargne dans une banque à Ouagadougou dont le taux d’intérêt est de 3,5% par an. Il y a déposé son argent. En fin 2018, il a obtenu un revenu de 35.000 Francs CFA (figure 1 ci-dessous). Il a décidé d’épargner les 35.000 Francs CFA. En 2019, il ainsi obtenu 36.225 Francs CFA. En fin 2023, Pierre obtiendra un revenu total de 229.255 francs CFA. S’il n’avait pas capitalisé ses gains annuels, il aurait obtenu un montant total de 225.000 francs CFA.

Dans le même temps, Paul, qui avait lu quelques livres sur l’éducation financière a compris que les riches s’enrichissaient parce qu’ils achetaient des actifs financiers. Il a décidé d’effectuer une formation sur l’investissement en bourse. Après la formation, il a décidé d’investir à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Pour cela, il a acheté des actions de l’entreprise BOA Burkina cotée à la BRVM. En investissant 1.000.000 francs CFA, il a ainsi obtenu 160 actions de BOA au prix unitaire de 6.250 Francs CFA. En 2018, il a obtenu un dividende de 57.280 francs CFA (figure 1). Il a décidé de réinvestir les dividendes en achetant de nouvelles actions de BOA au coût unitaire de 5.500 francs CFA. En 2019, il a obtenu un dividende de 70.357 francs CFA. Il a continué de réinvestir les revenus obtenus chaque année. En 2023, Paul a obtenu un montant de 159.038 francs CFA comme dividendes. Sur la période 2018-2023, il a obtenu un revenu total de 564.744 francs CFA. S’il n’avait pas capitalisé ses gains annuels, il aurait obtenu un montant total de 484.408 francs CFA.

Trois principaux résultats émergent.

D’abord, les revenus totaux obtenus par Paul (564.744 francs CFA)  sont 146,34% plus élevés que ceux obtenus par Pierre (229.255 francs CFA) sur la même période. Cela s’explique par le fait que les actifs financiers que possède Paul ont généré plus de revenus que l’épargne bancaire de Pierre. Ainsi en acquérant les actions de BOA Burkina , Paul a adopté un comportement qui lui a permis de s’enrichir davantage que son frère jumeaux Pierre.

Ensuite les revenus générés par la capitalisation des intérêts sont plus importants que ceux générés sans capitalisation. En effet, la figure 2 ci-dessous montre que les revenus générés (en absence de capitalisation) par Pierre (210.000 francs CFA) et Paul (484.408 francs CFA) sont plus faibles que les revenus obtenus avec la capitalisation des intérêts qui sont de 229.255 francs CFA et 564.744 francs CFA respectivement pour Pierre et Paul. C’est la vertu des intérêts composés.

Par ailleurs, la figure 3 ci-dessous indique que le rendement annuel du capital investi par Paul s’est accru fortement en passant de 5,73% en 2018 à 15,9% en 2023. Par contre, le rendement annuel du capital épargné par Pierre a faiblement augmenté de 3,5% en 2018 à 4,16% en 2023. En achetant des actifs financiers, Paul a accru fortement ses revenus. Il a utilisé ses revenus pour acheter davantage des actifs qui lui ont rapporté encore de l’argent dans le temps. Autrement dit, en changeant de mentalité, Paul s’est enrichi davantage car le rendement annuel de ses investissements a continué à augmenter dans le temps. Par contre, en faisant comme tout le monde, Pierre a vu ses revenus augmenter très faiblement voire stagner. 

Enfin, comment auraient évolué les revenus des frères jumeaux entre 2018 et 2023 si leur capacité d’épargne et/ou d’investissement était différente ? Pour répondre à cette question, supposons qu’ils aient été capables d’épargner un montant annuel de 1.000.000 francs CFA sur la période 2018- 2023 ? La figure 4 ci-dessous présente l’évolution de leurs revenus sur la période 2018-2023. On note que l’écart de revenus entre Paul et Pierre augmente dans le temps. En effet, l’écart entre les revenus de Paul et Pierre est passé de 49,37% à 148,26 % entre 2018 et 2023.

Les analyses précédentes permettent de conclure que l’investissement à la BRVM peut être un vecteur de création de revenus pour les populations. Pour maximiser les revenus, il est judicieux non seulement d’investir régulièrement à la BRVM, mais de rester investi le plus longtemps possible et de réinvestir les revenus de son capital (ex: dividendes) afin que ceux-ci génèrent des revenus dans un cercle vertueux.
 

KINDA Romuald
Titulaire d’un diplôme de doctorat en Économie au Centre d’Étude et de Recherche sur le Développement International (CERDI) à l’Université d’Auvergne (France), Pr KINDA S Romuald est Agrégé des Facultés d'Economie et de Gestion du CAMES. Il dispose d’une quinzaine d’années d’expérience professionnelles dans le domaine du développement international, de l’enseignement supérieur et de la recherche au niveau national et international. Actuellement enseignant chercheur et investisseur individuel à la BRVM, il est le promoteur de l’Académie Des Investisseurs (ADI). L’ADI est une structure chargée d’accompagner les personnes et les ménages à améliorer la gestion de leurs finances personnelles notamment à travers les formations à l'investissement à la bourse (BRVM).


ARTICLES CONNEXES



SOYEZ LE PREMIER À REAGIR À CET ARTICLE


Pour poster un commentaire, merci de vous identifier